AC ! Réseau - Agir contre le chômage et la précarité

Accueil > SalariéEs précaires en luttes ! > CRP (convention de Reclassement Personnalisé) ou ARE : le dur choix (...)

CRP (convention de Reclassement Personnalisé) ou ARE : le dur choix d’une licenciée

Moins on est informé, plus on tombe dans le panier !

lundi 6 octobre 2008, par une précaire

Une salarié licenciée pour motif économique hésite entre ses droits à l’assurance chômage "classique" (ARE, allocation de retour à l’emploi) et la CRP (convention de reclassement personnalisé), dispositif de 8 mois maximum, avec suivi individualisé et statut de stagiaire de la formation professionnelle (donc non prise en compte dans les statistiques du chômage).

La CRP est proposée par l’entreprise (en cas de licenciement économique
pour celle de moins de 1000 salariés, ou en cas de redressement ou de liquidation judiciaire quelle que soit la taille), et l’ex-salarié/futur chômeur a 14 jours pour donner sa réponse, le silence équivalent à un refus de la CRP.

Quelles différences entre la CRP et le suivi classique ANPE-Assedic ?

- En ARE, l’allocation est de 57,5 % du salaire, en CRP, c’est 80% du "salaire de référence" les 3 premiers mois, puis 70% les 5 mois suivants (et si après ces 8 mois, le licencié n’a pas retrouvé de boulot, il passe en ARE, dont la durée est diminuée des 8 mois de CRP)
- En CRP, les 2 mois de préavis (pour les salariés ayant 2 ans d’ancienneté) sont versées par l’employeur à l’Assedic, et non au salarié, de même que le montant correspondant aux heures de DIF (droit individuel à la formation) de chacun des salariés.

Bien entendu, assez peu d’informations sont disponibles sur le sujet, et faire son choix est loin d’être évident.
Suite aux premiers témoignages publiés sur notre site (voir Avant de signer un CRP, vider votre compte DIF !), une précaire nous fait part de ses questions, de ses doutes, et des informations qu’elle a pu glaner, afin de les partager.

N’hésitez pas, vous aussi, à augmenter le nombre des informations pratiques ou des analyses qui peuvent nous être utiles en nous envoyant témoignages, récits, infos pratiques sur la manière dont vous avez cherché les renseignements qui vous manquaient et dont vous avez défendu vos droits
Un mail à ac@ac-reseau.org, c’est pas bien compliqué !


J’aimerais savoir comment sont calculées les indemnités compensatrice de préavis (j’ai + de 2 ans d’ancienneté).

S’agit-il de 2 mois de salaire bruts ou nets ?

Ceux-ci sont-ils égaux à 1/12ème des 12 derniers mois de salaires ?

Depuis le 10 juin 2008, nous sommes tenus de rester à la maison à disposition de l’employeur, donc il n’y a pas de primes ni d’heures de nuit et de dimanche : en effet, je viens de recevoir mon salaire de Juillet 2008, amputé de 240 euros car nous ne sommes plus présents dans l’entreprise depuis ce 10 juin.

Les 2 mois de préavis seront-ils donc égaux à 2 X ce mois de juillet, sans prime ni majoration de nuit et dimanche ou à 2X un mois moyen de salaire ?
En brut ou en net ?
J’ai besoin de savoir pour savoir combien je perdrai si je venais à choisir la CRP.

D’autre part, les ASSEDICS ne daignent pas me renseigner sur la date butoir de réflexion (14 jours) :

- la liquidation a été prononcée le 4/09/08.
- la lettre de la mandataire judiciaire est datée du 16/09
- le facteur a déposé l’avis de mise à disposition du Recommandé AR le 18/09
- je suis allée chercher le RAR le 19/09
- la mandataire judiciaire indique dans cette lettre de licenciement économique que le délai de réflexion de 14 jours cours à partir de la réunion du CCE du 12/09,
Or, personne n’a en a été informé.
Elle répond que le DP [délégué du personnel] présent à cette réunion avait été chargé de nous en informer.
Mais, précise-t-elle dans la lettre, ’la présente mesure de licenciement intervenant pendant ce délai de réflexion, je vous précise que vous avez jusqu’au 28/09/2008
pour accepter ou refuser la convention de reclassement personnalisé, en cas d’acceptation de la proposition de convention, le contrat de travail est réputé rompu d’un
commun accord des parties à la date d’expiration du délai de réflexion.’

==> ce qui fait 2 jours de plus de réflexion : le 28 à la place du 16 ( 12 + 14 jours =16/09 ).

Je croyais que c’était 14 jours à compter de la date de présentation du document d’information et du dossier CRP ! Or le facteur a déposé l’avis de RAR le 18 chez moi.
- le document d’information et dossier CRP spécifie 12/09 comme date de début du délai de réflexion et les ASSEDICS me répondent que c’est alors bien le 12, mais je
n’ai pas eu 14 jours,
et j’ai besoin de savoir aussi si , après avoir signé la CRP - si jamais j’arrive à avoir un délai supplémentaire après hier, le 28, de réflexion -,
si jamais mon projet professionnel n’est pas valable au regard de la CRP, est-ce que je serai alors réorientée vers l’ARE classique ou alors est-ce que je serai sommée
d’accepter leurs conditions faute de quoi je serai ’désengagée de la CRP’ avec éventuellement des sanctions de type 1 ou 2 mois de radiation ?

A la pêche aux infos...

Personne ne peut me renseigner, car les conseillers du secteur Droit du Travail de l’ANPE (3939) sont tous en ligne et au 3949, ils ne peuvent pas répondre, ni à la cellule d’information de la CRP.
Les aSSEDICS m’ont seulement très fortement conseillée de venir d’urgence à une réunion CRP demain matin, alors que je venais de leur dire que la date de fin du délai était hier, le 28/09 ; ils ont dit qu’ils n’étaient peut-être pas à un jour près !

J’ai réussi à obtenir de la mandatrice judiciaire le délai légal de 14 jours de réflexion, c’est aujourd’hui le dernier !

J’ai obtenu quelques infos en téléphonant au 3939 et à l’inspection du travail où je me suis presque faite jetée car ils prétendaient que tout était écrit sur ma lettre de licenciement, ce qui est faux, sinon, je n’aurais pas eu à eu à passer tous ces jours en essayant de glaner des renseignements sur internet et autres !

Finalement, après mûre réflexion, après m’être décidée pour oui, puis non, puis peut-être, puis je sais pas, puis être allée à une réunion qui m’a décidée pour non car on voyait qu’ils essayaient de fourguer leur produit cache-chômeurs, en ne répondant pas sciemment aux questions épineuses (je me suis presque faite censurée et interdite de questions !), mais ensuite, je suis allée voir quelqu’un à la Plateforme de Transition Professionnelle, où auront lieu les RV qui m’a dit que jusque là, ils n’avaient pas réussi à radier quelqu’un de la CRP.

Après avoir fait les calculs (finalement les 2 mois de préavis sont payés en net, mais la loi ne précise pas ce qu’il doit se passer dans le cas où les derniers mois de salaires sont tronqués des primes et majoration nuit -dimanche !), il s’avère que la CRP est plus avantageuse que l’ARE, même après 8 mois d’ARE pleins suivant les 2 mois de préavis, comparativement à 8 mois de CRP, donc 2 mois en moins, dans mon cas du moins car alors je perçois la totalité de mon salaire de septembre.

J’ai bien conscience d’avoir fait un choix (douloureux !) qui va à l’encontre de l’éthique et qui contribue à dissimuler le nombre des chômeurs, en plus de leur faire cadeau de 2 mois de salaire nets.

J’espère ne pas le regretter amèrement, comme tant d’autres, d’autant plus qu’alors, je me sentirai doublement mal, avec, en plus, la sensation de m’être "prostituer" pour des considérations individualistes.

Je crains aussi que la chasse au chômeurs qui va avoir lieu après le 1er octobre ne soit plus dure, et m’oblige à accepter n’importe quel travail sous-payé, encore plus qu’à la CRP, même si là, d’après qqun qui bossait à "Retravailler" (d’ailleurs cette assoc. a aussi été liquidée !), on n’a le droit de ne refuser qu’une seule offre, mais ce n’est pas clairement dit par les "référents".

En tous cas, pour suivre le judicieux conseil de quelques-uns, il paraîtrait qu’il ne faut surtout pas essayer de travailler, au moins dans les 1ers mois, sinon, ce n’est absolument pas rentable.
J’espère qu’ils ne vont pas essayer de me recaser dans le télémarketing , qui se trouve très facilement !

J’espère ne pas faire le mauvais choix, il est bien fini le temps où la période de chômage était synonyme de détente, maintenant, çà va presque devenir aussi stressant que de travailler !
Peut-être même que certains vont se jeter à corps perdu dans le salariat de même que les détenus à vie demandent parfois la peine de mort, étant à bout de leurs ressources psychiques !

C’est bizarre, je croyais qu’il s’agissait d’une "Assurance chômage" que nous payant chaque mois sur notre salaire, il ne me semble pas que les mutuelles de santé et autres culpabilisent autant le Client.

La question des heures de DIF

Je crains le pire dans le fait d’avoir signé la CRP, je vous tiendrai au courant du déroulement de différentes opérations car cela peut sûrement être utile aux autres ; je trouve qu’il n’y a pas assez de témoignages de gens qui ont signé, car çà pourrait aider à prendre une décision, en plus de savoir que la CRP mange les heures de DIF.

A ce propos, un organisme de formation m’a dit ce week-end que les heures de DIF pouvaient être transférées, même après licenciement, au futur employeur, alors qu’à la réunion d’information sur la CRP, ils nous avaient assurés que si elles n’étaient pas déjà matérialisées par la signature d’une formation, elles étaient définitivement perdues après le licenciement, point qui a aussi contribué à orienter mon choix [1]
.

Ayant totalisé 80 heures en 4 ans, si j’avais su qu’elles étaient "migrables" lors d’un prochain emploi, je n’ aurais peut-être pas pris la CRP ...

Moins on est informé, plus on tombe dans le panier !


[1Transférabilité du DIF en cas de licenciement

Le DIF est transférable en cas de licenciement, hormis dans les licenciements pour faute grave ou faute lourde. L’employeur est tenu d’informer dans la lettre de licenciement des droits en matière de DIF, et de la possibilité de demander pendant le préavis à bénéficier d’actions comme un bilan de compétences, une validation des acquis de l’expérience (VAE) ou de formation, sous réserve que la demande soit faite par le salarié avant la fin du préavis.

Messages

  • les témoignages sont toujours interessants, surtout pour ce genre de sujets, délicats et décisifs....
    pour ma part, je suis en train de négocier mon licenciement économique avec CRP, auprès de mon employeur (qui est mon frère), mais qui n’a pas les fonds nécessaires pour le financer !
    évidemment, financièrement, le CRP est plus interessant pr moi et comme j’envisage une création d’entreprise, ça n’est pas négligeable...
    l’entreprise est en train de péricliter et sera peut être délocalisée en Tunisie (avec bcp de factures à la traine !)....je pense attendre patiemment qu’il ne puisse plus nous payer nos salaires (nous sommes 2 ds le même cas)...si j’ai bien compris, les AGS prennent le relais, mais je ne sais pas ds quel délai ils le font et s’ils prennent la totalité des sommes dues (salaires, congés payés, indemnités de licenciement, etc...)
    d’autre part, je ne sais pas quelle incidence a une cessation de paiement ou redressement judiciaire pr un gérant, dans la mesure où il a confondu son train de vie avec celui de l’entreprise et qu’il envisage de transferer la marchandise de France vers son autre entreprise en Tunisie....si quelqu’un a des infos la dessus, je suis preneuse...
    merci.

    • BONJOUR
      Voici quelques infos concernant la cessation de paiements votre patron est obligé de déposer son bilan pour être au minimum mis en Redressement Judiciaire ou Liquidation si l’entreprise ne s’avère pas viable.
      Le Redressement Judiciaire est prononcé par le Tribunal de Commerce une 1ère période d’adaptation est mise en place généralement deux mois puis le tribunal décide vu les prochaines commandes et rentrées d’argent de maintenir ou non le redressement sinon une procédure de liquidation est obligatoire. Un mandataire judiciaire chargé de vérifier et suivre les comptes de l’entreprise est nommé et fait exécuté tous les paiements ;

      Si votre patron a confondu son porte feuille avec la caisse de l’entreprise (je vis la même situation) tous les comptes sont ouverts et si des achats à des fins personnels ont été faits avec l’argent de l’entreprise vore patron est considéré en "Abus de biens sociaux" passible de correctionnelle et d’interdiction de gérer.
      Concernant l’AGS tous les retards de salaires conges payés et autres sont réglés jusqu’au jour de la prononciation en redressement judiciaire. A compter du RJ les salaires à venir doivent être réglés par l’entreprise.
      ATTENTION A LA CRP le calcul doit se faire en tenant compte des mois de préavis + les mois de chomage, et non des 8 mois de CRP + le chomage (sur le long terme la version CRP est moins avantageuse mais cela fait des rentrées à l’Assedic (vos 2 mois de préavis)
      BON courage

  • je suis actuellement en arrêt maladie et l’entreprise et en liquidation judiciaire. On m’informe que je ne peux pas bénéficier de la CRP du fait que mon arrêt maladie va au delà du délai de 14 jours.Existe-t’il de possibilité de bénéficier de la CRP malgrès cet arrêt.
    Si quelqu’un peut me renseigner. merci

  • Bonjour
    Mon fils est dans le même cas : il est licencié économique dans sa petite entreprise qui n’est plus viable mais ne sait pas s’il doit accepté ou non la CRP. Il s’est fait jeté aux assedic qui lui disent que ce n’est pas valable sans explication. Du coup, il penchait pour oui, mais ne sait plus quoi penser. Il a un vague projet professionnel et a peur que s’il accepte, il ne pourra pas travailler dessus mais devra accepter n’importe quoi sous menace de se faire radier. En plus, son patron, ayant appris que le délai était de 14 jours et non 2 mois, lui demande de rester un peu car il n’avait pas prévu son départ si vite.... bref, je ne sais pas quoi lui donner comme conseil.
    Merci de nous aider.

  • Bonjour
    Je suis licenciée pour raison économique de mon bureau d’étude après six années d’ancienneté.
    Tout comme la salariée témoignant dans cet article j’hésite entre la CRP et l’ARE ;
    D’après les textes, les assedics et l’ANPE cette convention est avantageuse pour les bénéficiaires.
    Moi j’ai des doutes, j’ai 14 jours pour réfléchir et je suis dans le brouillard.
    Je ne souhaite pas avoir à accepter un emploi ne correspondant pas a mes envies, ma formation et mon expérience sous peine d’être radiée de la CRP et de l’ARE...
    Deplus a ce jour j’ai besoin de prendre un peu de recul et de réfléchir à mes réelles motivations professionnelles, je ne veux pas être ""harcelée"" par l’ANPE.
    Il y a très peu de témoignages de personne ayant adhéré à cette convention et très peu de renseignement concernant les dessous et les inconvénients de la CRP...
    Si quelqu’un peut m’éclairer, ca me serait d’une aide précieuse pour guider mon choix...
    Merci par avance...

    • bonsoir, je suis dans le brouillard aussi... mon délai de réflexion expire le 4 décembre et je ne sais plus quoi faire..... qu’avez-vous choisi dans votre cas ? si cela peut m’éclairer un peu...

    • Faites vos comptes, votre budget. C’est tout ce qui compte.

      De toute façon, vous serez harcelé(s) dans un cas comme dans l’autre.

      Ne vous leurrez pas, vous n’avez plus le droit de réfléchir à vos projets professionnels. Vous êtes chômeurs au mauvais moment, faut vous faire ressortir très vite des statistiques.

      Alors pensez à vos porte-monnaies. Quelle situation est plus avantageuse financièrement ? retournez le système à votre avantage si petit soit-il.

      Bon courage à vous tous.

    • licencié depuis le 7 octobre, j’ai signé une crp.ça s’apparante a un contrat a sens unique.
      1°point : ne vous attendez pas a beneficier d’aide consequante au financement de formation pour votre "reclassement" (pas de quoi ce reconvertir). mais cela ne veut pas dire qu’il faut changer vos projets ou accepter n’importe quoi, a la fin du crp,vous retourné au regime normal.

      2°point : l’anpe et le cabinet privé finance par le medef de votre branche ou convention sont submergés vu la conjoncture. En fait, s’y il y avait eu du boulo en ce moment, vos compétences auraient été proposé a d’autres entreprise par le biais de ce cabinet, normal vous etes compétent et les compétences, c’etaient recherché avant la récession.

      3°point : les compétences ça ne se dévaluent pas, donc n’accepté pas n’importe quoi, on m’a proposé le même travail avec un salaire reduit de 25%(travail en 5*8 en condition difficiles). on est pas sur le marché du pétrol mais celui du travail, gagné moins pour travailler pareil autant travailler moins.

      4°point:mettez ce crp a profit,(vae, micro formation, atelier cv.....), autrement dit jouer le jeu, c’est ce a quoi vous vous engagez en signant un crp.

      5°point : si vous ne retravaillez pas ds les deux mois suivant votre licenciement, il est de toutes manière plus avantageux que l’are.( au regime normal carence indemnité de licenciement)

      6°point : profité de votre lettre de licenciement et de vos indemnitées pour réduire vos dépenses (encours de credit,abonnement superflux....c’est pas notre faute si on peut plu consommer !), vous vouz rendrez moins dépendant.

      7°point, le plus important : vous n’etes pas responsable des maux de notre economie et des failles de notre système,alors quel que soit votre choix rebondissez d’une manière ou d’une autre, nous sommes des millions dans votre cas.

    • Bonjour, je suis moi aussi dans votre cas mais mon délai de 14 jours de commencera que le 26 janvier prochain (date de mon entretien préalable). Pourriez-vous me faire bénéficier de votre expérience et me dire ce que vous avez fait comme choix et si celui-ci a été judicieux ou non ?
      Je suis moi aussi en train de me dire que je vais prendre un peu de recul et peut-être en profiter pour faire un bébé (j’ai 33 ans).
      Merci d’avance pour votre aide !

    • bonjour a tous
      mon mari a ete licencie en novembre dernier et a opter pour le crp
      heureusement pour nous il a retrouve du boulot 3 semaines apres mais malheureusement malgre que l inscription aux assedic n etait pas encore faite il perd ses deux mois de preavis que l assedic n aura pas a deboursser pour lui
      grosse arnaque il me semble
      donc il vaux mieux rester quelques mois au chaud et au repos pour quand meme beneficier des deux premiers mois d alloc
      afin de ne pas leur laisser notre du^

    • Je conseille fortement le CRP pour deux raisons : lapremière c’est que ce que vous toucherez équivaudra au moins pendant huit mois a votre ancien salaire net (80% pendant huit mois de votre anien salaire brut) et que vous pouvez beneficier d’un réel apport de votre conseiller pendant ce laps de temps.
      ca me soule un peu de lire que l’anpe ne fait que du flicage et du controle.
      vous pouvez tout a fait evoquer un projet professionnel nouveau avec votre conseiller. par contre le chomage n’est pas prévu pour faire des enfants (de toutes façons, dans ce cas la vous n’etes plus demandeurs d’emplois a l’instant de votre congé maternité).
      cordialement.

    • je suis exactement dans votre cas... mais moi on me licencie economique parce que j’ai pris un conge parental pour des jumeaux !!!! donc il vaut mieux faire un bébé maintenant en effet !!!

    • Bonjour

      Dur choix entre la CRP et Chomage classique

      Faites simplement votre compte

      CRP
      PAS DE PREAVIS DONNE PAR L’EMPLOYEUR SOIT 2 OU 3 mois
      ENSUITE 80% les 3 premiers mois puis 70% les 5 mois suivants

      Mais ces 8 mois sont décomptés sur votre compte total auquel vous avez droit
      Vous avez droit après six ans d’anciennete à la totalité soit 36 mois
      Faites le calcul
      36 mois - 8 soit 28 mois restants à l’ARE

      AVEC UNIQUEMENT L’ARE
      vos 36 mois sont calculés comme auparavant taux entre 57,’% et 75%
      MAIS TOUS VOS MOIS DE PREAVIS VOUS SONT REGLES ENTIEREMENT ET VOTRE CHOMAGE NE DEBUTE QU’APRES CETTE PERIODE !!! même en comptant les 7 jours de carence !!!! FAITES LE CALCUL
      si en plus vous avez des CP ils vous seront payés à vous de gérer ces sommes en attendant vos prestations. Vous ne serez pas au chomage avant quelque temps (CP + Préavis +ind ..) et certainement moins de pression concernant les acceptations ou non d’un poste ne vous correspondant pas vraiement.
      Bon courage ...

    • J’aime beaucoup la dernière phrase. Qu’est-ce que vous croyez qu’il va arriver dès l’inscription aux Assedic !

      C’est comme qui dirait : reculer pour mieux sauter !!

      De plus, il faut considérer la diminution des offres d’emploi et les millions de personnes éloignés de l’emploi depuis déjà trop longtemps.

      Donc, qui d’après vous vont prendre les employeurs ?

      - quelqu’un qui vient juste d’être licencié, qui est donc toujours imprégné du monde du travail, et qui cherche tout de suite (étiquette "courageux et méritant")

      - ou quelqu’un qui a attendu quelques semaines, voire deux ou trois mois, (étiquette "grosse feignasse"), et qui commence à avoir un "trou" sur son CV,

      L’argent, c’est bien, mais aujourd’hui, c’est le temps passé à retrouver un emploi, digne de ce nom j’entends, qui est primordial.

      L’argent, ça file vite, le temps aussi et plus ça passe moins vous êtes "employable".

      Croyez-en mon expérience.

    • pourqoui tout le monde parle de 14jrs ? il y a 21 jrs de reflexion aprés signature du récipicé pour le crp. si vous ne donnez pas réponse au 21èm jrs c’est concidéré comme un refus du crp. Si vous accéptez le crp , votre contrat prend fin au 21ém jrs aprées signature du récépicé

    • Bonjour

      je m’apprête à signer une CRP aprés mon licenciement écocomique et je suis un peu dans le même cas de figure que vous (envie d’avoir un enfant )...Avez-vous finalement accepter la CRP ? et que s’est-il passé ensuite ?
      Merci beaucoup pour votre réponse

    • Merci pour l’info, mais on savait déjà que le chômage n’est pas fait pour avoir des enfants, pffffff...
      Cordialement.

    • moi j ai pris la crp sa vaut rien un rdv toute les semaine reclasser pour une formation impossible sauf avec promesse d embauche vous dites sa a un patron i vous rigoles au nez c est bien pour création d entreprise c tout

    • moi je suis dans le même cas que vous l’envie du 2ème enfants mais bon dure de trouver des réponses je suis aussi en CRP ? Et je ne sais pas du tous comment ça va se passer si je mets le deuxième en route !!

    • pouvez vous me confirmer comment je serai remunéree après le versement légal des 8 mois du crp. Est ce bien 8 mois on me dit 1 an et on m’assure que pendant 2 ans je toucherai le chomage classique cela me emble un peu beaucoup par rapport à d’autres conventions.

      merci
      martine

    • Selon le dispositif en vigueur jusqu’au 31 juillet 2011, les salariés totalisant au moins 2 ans d’ancienneté perçoivent l’Allocation spécifique de reclassement (ASP), égale à 80% du salaire brut antérieur, pendant 12 mois . Ensuite, l’Allocation de retour à l’emploi (ARE) est versée pendant la durée d’indemnisation à laquelle ils peuvent prétendre, diminuée de la durée de versement de l’ASP. Vous aviez donc raison de ne pas croire au Père Noël !

      AC ! 54

    • merci de votre réponse, vos quelques lignes répondent a mes questions et à mes doutes. SUPER

  • Bonjour
    mon entretien préalable de licenciement économique aura lieu le 5 février. A cette date, j’aurai 14 jours pour choisir ou pas le CRP, soit avant le 18 février. Des modifications importantes sur le CRP vont se mettre en place, normalement, avant le 15 février, faisant passer la durée maximum du CRP de 8 à 12 mois. Si je choisis la convention, il vaut mieux que ne la signe que le 16 février, pour être sûr de profiter du nouveau système ?

    Deuxième question, j’ai un projet professionnel incluant une formation longue d’un an, sur un nouveau domaine d’activité, complètement différent de ce que je faisais avant (20 ans d’ancienneté) J’arriverai à faire passer ce projet de formation dans le cadre d’un CRP ?

    merci
    Eric de la Roche sur Yon (85)

  • Bonjour,

    Mon mari va être licencié économique en mai 2009, il n’a pas encore reçu sa lettre de convocation à l’entretien.
    Quelqu’un a-t-il étudié la nouvelle version de la CRP et pourrait m’expliquer si c’est plus ou moins intéressant pour le salarié que l’ARE ?
    Y a-t-il vraiment un accompagnement de qualité pendant une CRP ? Mieux que les ateliers CV de l’ANPE !
    Mon mari doit se reconvertir, il aura besoin d’une vraie formation pour apprendre un nouveau métier, est-ce que cela lui sera financé ?
    Si quelqu’un peut me répondre ou m’orienter vers une structure où je pourrais poser toutes ces questions et bien d’autres ?
    Merci d’avance.

    • bonjour,

      je suis aussi licencié économique,nous sommes 7 dans l’entreprise dans ce cas.Nous avons rdv demain au pôle emploi pour une réunion sur le crp.Je me suis déja renseigné sur internet et c’est surtout l’aspect financié qui va me décider a choisir le crp,et puis la durée est bien passée de 8 mois a 12(8 mois a 80%,4 à 70% du salaire brut),ce qui est intéressant.Jespère que j’en serais plus demain en ce qui concerne les formations que peux proposer la crp,mais je pense que c’est bien de savoir quand mème dans quel domaine ou quelle voix on veux s’orienter avant de choisir le crp même si je sais que cela n’est pas évident vu que l’on a que 21js pour accepter ou non.

    • Bonjour,
      Après 3 ans de congé parental, j’ai reçu ma lettre de licenciement économique le 27 avril 2009 accompagnée d’une proposition de CRP. Comme beaucoup je suis allée à la pêche aux infos. Que ce soit le Pôle Emploi (je suis allée dans deux agences différentes) ou le 3949, personne n’est capable de répondre à mes questions concernant la CRP. Au final, ils ont laissé un message à une personne "qualifiée en CRP" qui doit me rappeller. Le secteur dans lequel je travaillais est moribond (imprimerie) et je pense que je vais devoir changer de métier, mais je suis prise au dépourvu et je ne sais pas vers quel dommaine me diriger. D’après votre message, vous avez eu une réunion sur la CRP hier, pouvez-vous m’en dire un peu plus et quel a été votre choix : CRP ou ARE ?

  • je suis licencié, en cours de reflexion pour une CRP.

    Voila mes infos à ce jour :
    - la CRP c’est fait pour le reclassement rapide dans le monde du travail. On peut avoir une formation mais courte (env 5 mois max) et liée au métier d’origine et bien motivée.
    - la CRP n’est acceptée que lors de la signature effective de la convention, cad après que vous ayez remis le papier signé à l’employeur (dans les 21 jours après l’entretien préalable), après que l’employeur ait envoyé votre dossier complet à l’ASSEDIC, après qu’une convocation vous ait été envoyé par un animateur CRP et donc lors de cet entretien avec lui. Donc le délai de 21 jours est en réalité un petit peu prolongé pour le salarié alors que l’employeur voit celui-ci quitter l’entreprise dès la fin des 21 jours.

    - l’indemnité de licenciement est due au salarié (voir conditions de durée plus bas)et doit être versée à l’issue des 21 jours, ainsi que l’indemnité de préavis s’il y a lieu.
    - le licenciement ne sera plus contestable après acceptation de cette "rupture de contrat d’un commun accord" que signifie la CRP.

    - il faut différencier 3 points à soulever pour les formations :

    - l’acceptation de la formation par l’ASSEDIC (votre droit d’y participer), décidée par l’animateur réseau de la CRP de votre zone,
    - votre indemnisation par l’ASSEDIC pendant la durée de la formation, décidée par je sais pas qui
    - la prise en charge du coût de la formation, décidée après dossier par les autorités compétentes (conseil général, régional, mairie, associations et organismes d’aide divers, etc)
    - il n’y a pas de délais de carence (ARE : 7 jours mini à 75 jours maxi selon indemnités de rupture) avant versement des indemnisations mensuelles : elle commence dès le 22ième jour.
    - en gros, il faut :

    FINANCIEREMENT : faire ces deux calculs et choisir quel est le meilleur :

    - indemnité de licenciement + 2 mois de préavis + 10 mois indemnisés à 57 % du brut (plus exactement du salaire journalier de référence (SJR)

    contre

    - indemnité de licenciement + 8 mois indemnisés (-3% charge pour la retraite) à 80% du brut + 5 mois indemnisés (-3% charge pour la retraite) à 70% du brut

    GLOBALEMENT : juger son projet professionnel en fonction des réalités du marché et des contacts plus ou moins encourageants que l’on a avec les animateurs (qui sont avant tout des êtres humains) de Pole-Emploi, sachant, pour une formation, que rien n’est réellement acquis dès le départ.

    qqs sites :
    calcul ARE,
    la CRP,
    la CRP - loi-cadre 2006 -,
    les aides au reclassement,
    les indemnités.

    faites le bon choix et continuez à remplir cette rubrique !

    • Bonjour,

      Je dois redonner ma réponse pour la CRP avant le 8 juillet. Ma question ne porte pas vraiment sur le statut de la CRP que je compte accepter. Par contre, on me propose de construire mon reclassement avec un cabinet exterieur ARCADE.
      Je ne sais pas si je dois accepter cette partie car je n’ai qu’une confiance très limité dans les cabinets privés qui veulent juste remplir leurs objectifs.
      Avez-vous entendu parler de ce cabinet et qu’en pensez-vous ?
      Avec qui sommes nous en relation : avec le pôle emploi ou ARCADE ?
      je ne me vois pas faire 2 fois les ateliers CV ou autres.
      merci de vos conseils.
      Cordialement

    • Et un de plus qui se trouve dans votre situation, à mon avis il va y en avoir un paquet !
      En fait j’aimerais savoir ce qui se passe si pendant la période de CRP on fait une mission d’intérim, par exemple 2 semaines dans le mois (voir plus).
      Est-ce que le CRP est recalculer au prorata ou il s’arrête et est remplacer par l’ARE ou tout simplement on a pas le droit à l’intérim.
      Bref qu’en est-il ?

  • Allongement du délai de réflexion et de la durée de la CRP

    L’employeur doit informer chaque salarié concerné individuellement et par écrit du contenu de la CRP et de la possibilité qu’ils ont d’en bénéficier.
    Délai de réflexion, durée de la CRP :Une fois le document d’information reçu, le salarié dispose alors d’un délai de réflexion pour accepter ou non la CRP. Jusqu’à présent, ce délai était fixé à 14 jours, l’absence de réponse au terme de ce délai étant considérée comme un refus. Désormais, le salarié dispose de 7 jours supplémentaires, le délai ayant en effet été porté à 21 jours.
    Attention : les employeurs qui ne proposent pas au salarié de conclure un CRP alors qu’ils y sont tenus doivent s’acquitter d’une contribution égale à 2 mois de salaire brut moyen perçu par le salarié au cours des 12 mois précédant son licenciement.

    Par ailleurs, la durée maximale de la CRP a également été allongée, passant ainsi de 8 à 12 mois.

    Attention la CRP fonctionne pendant 12 Mois, elle finit à la date anniversaire de la signature ( un employé qui a signé la convention le 10 Oct. 2009 verra clore son indemnisation au 10 Oct. 2010), toutes interruptions momentanées cdd, interim, maladie ne suspend pas le décompte........

  • Stagiaires de l’état !!!
    Combien sommes nous aujourd’hui à avoir signer cette convention ? Quel résultat ? Quelqu’un aurait-il des informations ?

  • Bonjour,

    Je vais être licenciée pour motif économique le 8 mars 2010.

    Je dois donner ma réponse demain concernant l’acceptation ou le refus de la CRP.

    Le problème est que je n’ai que 22 mois et 4 jours dans l’entreprise et que je ne sais pas si je pourrais bénéficier de l’indemnisation de la CRP (des 80% du salaire brut ) dans la mesure où je n’ai pas 2 ans d’ancienneté !!

    De plus, avant d’avoir ce travail, j’étais au chômage pendant un an (de mars 2007 à avril 2008). Et avant d’être au chômage, j’ai travaillé pendant 1 an en CAE dans un hôpital (d’avril 2006 à mars 2007).

    Est ce que pour leur calcul au niveau de l’ancienneté, ils vont en tenir compte ou non ???

    Pouvez -vous me dire si, dans le cas où j’accepte la CRP, je serai indemnisé à 80% ?

  • Bonjour ,
    J’ai trouvé une question pertinente à laquelle je n’ai pas trouvé de réponse claire : Si je signe une CRP, pourrais-je entreprendre une formation qui ne correspond pas forcément à mes compétences initiales ?
    Etant dans le secteur de l’industrie et ayant beaucoup de doute pour le futur de ce secteur (j’ai 26ans). J’aimerais suivre une formation dans un autre metier afin de "multiplier" mes compétences et pouvoir travailler dans un autre secteur.
    Que faut-il faire ?

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.