AC ! Réseau - Agir contre le chômage et la précarité

Accueil > Chroniques de l’arbitraire > Originaux : Une précaire envoie une réclamation à Pôle emploi

Originaux : Une précaire envoie une réclamation à Pôle emploi

lundi 25 juillet 2011, par une précaire

Voici ce que je viens d’envoyer à la page "réclamations" du Pôle Emploi... Juste parce que ça fait du bien de le dire, plutôt que de cogner sur quelqu’un, je le dépose sur ce site... Allez, bon courage à tous !

« Madame, monsieur, je vous ai déposé un dossier complet de demande d’allocation le 12 juillet dernier. L’agent d’accueil m’ayant certifié que le dossier ainsi que les documents et attestations requises étaient bien conformes.

J’attendais alors, sous dix jours, comme indiqué par cette personne, la notification de la part de vos services.

Or, ce jour, le 25/07/11 n’ayant toujours rien reçu de votre part je suis passé vous voir pour éclaircir la situation (40km aller-retour). Là, un agent d’accueil m’indique que mon dossier m’a été intégralement envoyé jeudi dernier (21/07/11), pour le motif qu’un document n’était pas l’original... Ce document est en effet un double de l’original que j’ai entre mes mains ce jour là... Je n’ai à ce jour toujours pas reçu ce dossier par la poste... Il est vrai que Cenon/Créon, c’est le bout du monde.

Ma question est la suivante : à l’heure d’internet, sachez que le téléphone a été créé le 14 février 1876.

A l’heure des dégraissages des services de l’administration et en période de crise, n’était-il pas PLUS SIMPLE ET MOINS ONÉREUX DE ME PASSER UN COUP DE FIL ???

Dans la crainte sûrement justifiée de voir ces originaux se perdre dans les limbes administratives, je vais devoir m’enquérir à nouveau auprès de mes employeurs de ces attestations et ainsi retarder encore le traitement de mon dossier. Le pompon dans cette affaire, c’est que le document en question, c’est à dire l’original de l’attestation assedic que vous me demandez est celle d’un employeur qui n’est autre que le ministère des finances, puisque j’ai travaillé trois mois en qualité de chaîneur auprès d’un géomètre du service du Cadastre... Que pensez vous de tout cela ? Sincèrement ? Je suis hélas certain de ne jamais avoir de réponse à cette question... Sauf si vous avez une conscience. Professionnelle ou pas.

Que ce mois de juillet ressemble au pire octobre. Je vais passer de très belles vacances avec mes enfants. Merci ! »

Messages

  • C’est un vieux conflit que vous évoquez là : l’antagonisme qui prévaut entre celle-celui qui est du bon côté du bureau, et celle-celui qui en occupe le mauvais côté. Il résume toute l’ambiguité du rapport Administration / Usager.

    Le dossier d’une précaire est (mal)traité par des gens qui sont eux-mêmes des précaires. D’un côté la travailleuse précarisée qui se retrouve au chômage, de l’autre l’agent sous statut précaire qui représente le système qui a fabriqué la précarité (dont sa propre précarité), et qui oeuvre à son extension.

    La précaire rappelle à son interlocuteur sourd-muet-aveugle qui lui a renvcyé son dossier que la poste ne lui a apparemment pas acheminé, que nous vivons au XXIème siècle, que le téléphone existe, qu’elle habite loin, que ce déplacement lui coûte. En face, le silence. Face à ça, quel autre recours que de refaire le dossier et attendre, encore attendre que ce dossier soit instruit parmi des milliers d’autres, au moment où le web nous apporte en temps réel des réponses aux questions que nous nous posons, et qu’il serait si simple d’uploader le dossier en question et de le voir traité quasi instantanément par lecture optique au lieu d’avoir à se déplacer pour s’expliquer avec un type blasé, derrière un bureau, qui n’en a rien à f... ?

    Naguère, le fonctionnaire tenait derrière son guichet son rôle d’agent de l’Etat, qui consistait essentiellement à interdire, compliquer, taxer, fliquer, pourrir la vie des gens, selon la vision de l’usager lambda. Nous étions là aussi pour aider, assister, accompagner, mais les traits négatifs l’emportaient à cette époque déjà lointaine où le Français était allergique à l’autorité et la contestait sous toutes ses formes. Le fonctionnaire, on ne l’aimait pas beaucoup. On le disait à l’abri de son statut, protégé par "ses" syndicats, le soupçonnait de fainéantise, l’accusait d’arbitraire. Du reste, s’il y a de moins en moins de fonctionnaires et que ceux-ci sont remplacés aujourd’hui des précaires au sein d’administrations en voie de privatisation, c’est en partie à cause de cette image déplorable que l’usager cultive du fonctionnaire, image que de nombreux fonctionnaires ont, avouons-le, eux-mêmes contribué à entretenir, inconscients de ce que la notion de service public passe par autre chose que la recherche du confort supposé d’un statut et des petits privilèges corporatistes que ce statut implique, et qui en terme d’équité étaient certainement discutables.

    La politique politicienne est passée par là, les démagogues ont sévi, le populisme a triomphé, à présent ce sont des précaires qui tiennent les guichets qui reçoivent des précaires, et notre pesante bureaucratie fonctionne aussi mal que quand il s’agissait de faire de la gestion de dossiers au kilomètre dans l’intérêt de l’usager... et des précaires.

    En somme, rien n’a changé dans les rapports entre le bon et le mauvais côté du bureau. Sauf que désormais, personne n’est plus là pour personne. La problématique demeure, d’un système structuré par une logique d’échec et une culture de l’antagonisme, un système véritablement arriéré qu’il serait temps de revoir de fond en comble... mais sans attendre des politiciens ni (pardon à nos hôtes d’A.C. !) des syndicalistes.

    A quand un mouvent des Indignés en France ?

  • Bonjour,
    c’est étrange, c’est la réponse que l’on m’a donné,
    on vous à renvoyé votre dossier !
    comment ça on m’a renvoyé mon dossier. ouf !

    j’ai demandé à voir un responsable. ok.
    ce responsable me reçoit et je vois mon dossier qui selon les infos à été renvoyé.
    mais c’est mon dossier ! et là j’ai eu peur car les documents originaux attestations employeurs et autres au vent sur le rebord d’un support d’imprimante. j’ai dit ma surprise et le risque de perte des documents.
    la personne à pris mon dossier et la fichu dans une feuille pliée en guise de chemise...
    vous avez du envoyer un courrier mais certainement pas mon dossier qui est là.
    et je ne comprends pas que l’on me dise que j’ai arrêté de travailler à cette date et que mes droits à AReuh (pardon) c’est nerveux ahahah çç) sont forclos (désolée pour les fautes). alors que je travaillais et que j’ai fourni un autre contrat de travail etc. liste des docs validé par tampon.
    on me promet de remettre le dossier à un Responsable.
    j’attends

  • bonjour ,je suis dans le même cas, pôle emploie m’ a renvoyé mon dossier 5 fois de suite ,motif : demande de justificatif différents a chaque fois. j’ ai renvoyé mon dossier en suivie a chaque reprise pour être sur qu ’ il le reçoive et cerise sur le gâteau, le dernier envoie, je l’ ai adressé au directeur lui même. en lui précisant que c ’était inadmissible que l’ on me renvoie mon dossier sans arrêt ’ai perdu 50euros environ et a l’ heure d’ aujourd ’ hui je n ’ai toujours pas été indemniser de l ’ allocation chômage et ayant 4 enfants a charge mère célibataire , licencier suite à un accident trajet travail et ne pouvant plus exercer dans mon métier ma passion de cuisinière . on me laisse dans la précarité a ce jour depuis le 8/10/2014.ayant retrouver 14heures de ménage au mois de décembre on m ’ a annoncé que je n ’avais droit à rien !!!!!
    Etant exaspérer, je lui ai répondu qu ’il ne valait pas travailler du tout et que l’on entretenait les gens au chômage a rien faire alors que lorsque l ’on veut travailler on nous encourage pas . donc j ’ai décider de ne plus rien faire et me comme on dit glander et demander toute les prestations différentes que je pourrais avoir puisse que l ’ on se fou des personnes qui cotisent toute une vie car j ’ ai 44ans et que j’ ai toujours travaillé sans arrêt.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.