AC ! Réseau - Agir contre le chômage et la précarité

Accueil > Chroniques de l’arbitraire > Vendre des produits bio et se comporter en négrière, ce n’est pas (...)

Vendre des produits bio et se comporter en négrière, ce n’est pas incompatible...

mardi 30 août 2011, par une précaire

Témoignage : L’annonce parlait d’un CDI de vente conseil. La veille de l’embauche, le CDI s’est transformé en 400h d’AFPR de caissière-manutentionnaire. Je vais refuser mais j’ai peur d’être radiée.

Je suis demandeuse d’emploi indemnisée depuis 10 mois suite au non renouvellement d’un contrat en CDD. J’ai toujours respecté mes obligations vis à vis du pôle emploi, présente aux entretiens, recherche active d’emploi, entretiens d’embauche, ratrapper leur bétises lorsqu’ils oubliaient de m’appeller etc...

Je recherche un poste de vendeuse conseil dans le secteur de la décoration ou de la mode, mais sans succés jusqu’à présent. Il y a plus d’un mois je me rend à mon entretien mensuel avec ma conseillère. Celle-çi était contente de voir que j’étais trés active dans mes démarches et que je pouvais le justifier.

Elle me propose alors un poste de vendeuse dans une boutique de produits biologiques prés de chez moi, en CDI. Etant passionnée par le bio et au vu des avantages, j’étais ravie de cette opportunité.

J’ai donc été reçue par la directrice du magasin il y a un mois. Celle-çi me parle du métier, du fait que le conseil client est trés important, que les employés doivent connaitre et manipuler le produit etc. Elle me parle aussi des missions d’encaissement et mise en rayon. J’étais jusque là trés contente car elle avait décidé de m’embaucher. Elle me dit que par contre il faudra me former et me propose un contrat en AFPR avant de signer un CDI. Premier couac. Je ne savais pas vraiment ce que c’était mais je me suis dit " bon pourquoi pas". Il était question alors d’environ un mois d’AFPR, sachant que celà pouvait aller jusqu’à 400h. Elle m’a précisé qu’au bout d’une semaine elle saurait si je pouvais faire l’affaire ou non. Nous convenons de nous rappeller le 29 Aout et je quitte le magasin heureuse.

Le 29 août, je revois ma future patronne et là le discours change radicalement. Elle veut absolument que nous allions au bout des 400h d’AFPR pour pouvoir travailler sur mes "défauts", argumentant que c’était impératif pour que je sois opérationnelle etc...Et là il n’était plus question de vente conseil, mais de missions d’un poste de caissière-manutentionnaire quasi exclusivement. Donc une offre qui ne correspondait pas du tout à ce que je recherchais et ce qui avais été défini lors de l’élaboration de mon PPAE. J’ai commencé à déchanter lorsqu’elle m’a dit de venir faire une journée d’essai NON payée demain et d’attaquer l’AFPR dés jeudi. Elle et la responsable du magasin m’ont mis directement la pression en me disant qu’ils attendaient une livraison de 6000 euros de marchandise et qu’il allait falloir que je cravache à fond pour que le travail soit fait, et dans la foulée me placer sur la caisse tout l’aprés-midi. Bref, rien à voir avec ce qui était prévu au départ.

De plus, je vais travailler 38h par semaine, avec un planning non fixe, sans être payée et tout en touchant seulement mes indemnités pôle emploi. Elle ne va pas me faire croire que pour "former" une caissière il faut 400h d’AFPR ??? Je serais ni plus, ni moins que de la main d’oeuvre gratuite ! Si je souhaitais faire ce travail, j’irais à Carrefour ou je signerais directement un CDD, voir un CDI. Et je ne veux pas risquer de perdre 4 mois de chomage sans savoir si au final elle me gardera. Il ya plein de petits détails qui m’ont vraiment génée et je sens l’arnaque se pointer. Par conséquent, j’ai décidé de rappeller cette responsable en lui disant que j’ai décidé de décliner cette offre d’emploi car elle ne correspondait pas à ce que je recherchais. J’ai un entretien télephonique avec ma conseillère PE jeudi apres-midi ( sachant que celle-çi à l’air trés "copine" avec cette patronne). J’ai donc peur de m’exposer à une radiation, ce qui serait catastrophique pour moi. Mais aprés m’être renseignée j’ai vu que j’avais le droit à deux refus d’offre non légitimes avant d’être radiée. Si c’est ce cas de figure ça devrait aller. Mais étant donné qu’il s’agit d’une AFPR je ne sais pas si elle va me faire passer ça en refus d’offre d’emploi, ou refus de formation ??? Est ce que je risque d’être radiée et quels sont les recours ??? Sachant qu’à la base, l’annonce stipulait une offre en CDI et non une AFPR et que cet emploi ne correspond pas du tout à ce que je recherche. Je me sens perdue et j’ai peur d’une sanction. Mais en aucun cas je ne veux perdre mon temps à faire un boulot qui ne me convient pas, et par conséquent perdre 3 ou 4 mois d’indemnités chomage sans savoir si au final je serais prise.

Messages

  • Je ne sais pas s’il y a sanction si on refuse mais si on y met fin de soi-même, c’est la radiation pour abandon de formation.

    Et le truc bien sympa, c’est que vous êtes indemnisé par l’ASP (ancien Cnasea), ce qui signifie que si vous mettez fin pour n’importe quelle raison (sauf un meilleur emploi, mais comme on promet un CDI, ça va être difficile), vous devrez rembourser tout ce que vous aura versé l’ASP.

    Vous serez stagiaire de la formation professionnelle et non plus demandeur d’emploi.

    Si vous voulez refuser, c’est maintenant, plus après.

  • Effectivement il faut prendre la décision tout de suite :
    *vous acceptez la journée d’essais gratuite mais maladroite comme vous êtes vous sursautez et lâchez ( de haut si possible ) un plateau de pots fragiles et couteux par exemple . A la caisse vous tapez comme une patate et plantez le bidule ou avec plus qu’il ne faut ou la TVA dans les frais de port ...bref avec la méthode des fautes d’orthographe dans la lettre de motivation que l’on vous impose ou encore demander d’entrée avec le bonjour du premier matin " au fait quel est le syndicat majoritaire ici ?" ; les méthodes permettant de se faire refuser à un emploi que l’on vous impose sont nombreuses , sans se mettre dans son tord .
    *vous refusez , il faut prouver , rassemblez dans la foulée les preuves d’annonce trompeuse : relevé d’écran de Pôle Emploi et surtout copie des résumés d’entretien qui sont enregistrés devant vous à la fin de chaque visite . On ne peut pas vous les refuser c’est votre droit . Sachez aussi que vous pouvez toujours être accompagnée et que vous pouvez enregistrer avec un dictaphone si vous prévenez .Si l’employé de Pôle Emploi est contente cela signifie une de moins dans les statistiques ( primes ) , pas du tout c’est bien pour vous !
    Bon courage, AC ! Montpellier

  • j’achète des produits bio puisque je suis bio depuis ..... très longtemps et c’est toute une philosophie de vie autour de la bio que je trouve intéressante mais se comporter comme votre patronne est scandaleux et j’aimerais si possible avoir le nom de la sté dont vous dépendez. Je connais les Biocoop - les Vie Claire.
    Mon fils travaille lui aussi en alternance et il travaille énormément et bien plus que 35 heures. Comme son métier le passionne, il ne regarde pas à ses heures mais je trouve malgré tout pas normal qu’on profite de lui.

    • J’ai moi même été employé à La V. S. à N. et E. les N. Oui il y a des patrones et patrons PDG du Bio odieux, qui ne peuvent évoquer que le couple Thénardier dans V. Hugo. Des gens qui profitent des contrats précaires pour les jeter de préférence 9 mois apres au lieu de 18 mois car beaucoup plus difficile à faire avaler à l’administration de devoir... malheureusement reprendre un précaire car pas trouvé le bon salarié... jusqu’à être obligé (peut etre ?) à faire une embauche en bonne et due forme.
      . Toutes les raisons sont possibles et faciles, pourquoi ? et bien parce que le salarié précaire l’est et le demeure du début à la fin de son travail, les autres salariés en place le savent, et les responsables hiérarchiques et même responsable du personnel (sinon çà nuirait à sa petite carrière) en profitent sous la complicité des dirigeants. Quand à l’ethique : quand les gens gagnent de l’argent a gogo, ils n’en ont plus. Le bio n’est qu’une niche opportuniste pour ces gens là qui l’ont bien compris. Quelle honte. Il faut remercierle pôle emploi d’obliger au contrat précaire ? Eh bien non c’est honteux et complice surtout quand meme 4 ans après on vous intime de restituer une prime pour l’emploi qu’on vous a imposé puisqu’on ne vous a meme pas demandé votre avis et on sait meme pas pourquoi ils la redemande

    • Votre premier paragraphe est du grand n’importe quoi.

      Pôle Emploi se moque totalement que le salarié en CUI-CAE fasse 9 ou 18 mois (en fait, c’est plutôt 24 mois par tranche de 6 mois) vu que ce sont des CDD ! donc le contrat est terminé, point barre.

      Les raisons invoquées sont du baratin de vos employeurs.

      Si le précaire est remplacé par un autre et que le poste est le même, rien n’empêche le précaire qui vient d’être jeté d’aller porter plainte aux prud’hommes et de faire requalifier son contrat en CDI.

      Le harcèlement se dénonce aussi.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.