AC ! Réseau - Agir contre le chômage et la précarité

Accueil > Contrats "aidés" : CAE, contrat d’avenir... > Education Nationale:le 25 novembre mobilisation contre la précarité

Education Nationale:le 25 novembre mobilisation contre la précarité

AVS, EVS, AESH, CUI-CAE, les précaires s’unissent quel que soit leur sigle

lundi 24 novembre 2014, par AC ! Ile de France


Ce mardi 25 novembre, dans de nombreuses académies, des salariés AVS (1) et EVS (2) de l’Education Nationale sont en grève. Nombre d’entre eux sont chargés de l’accompagnement des élèves en situation de handicap, nombre d’entre eux aussi sont eux-même des salariés en situation de handicap. Cette grève s’inscrit dans le cadre de nombreux mouvements de précaires de l’Education Nationale depuis les printemps dernier, notamment celui des professeurs non payés depuis la rentrée dans certaines académies.

AC ! -Agir ensemble contre le chômage- Ile de France participe à cette mobilisation : nombre de ces salariéEs sont en CUI-CAE, un statut précaire parmi les précaires, puisqu’il crée des conditions dérogatoires au Code du Travail, tout en permettant aux employeurs publics et privés de percevoir des subventions allant jusqu’à 90% du salaire pendant deux ans, sous prétexte d’une « insertion » qui n’est presque jamais assurée.

La semaine dernière , l’Education Nationale lançait la campagne « Handicap , tous concernés ». A cette occasion, elle mettait en avant deux aspects de sa politique : l’embauche de salaries en situation de handicap, et la scolarisation des élèves dans la même situation.

AVS , EVS, ou AESH nous sommes sur le terrain, la réalité de cette politique .

{{}}

Beaucoup d’entre nous sont en situation de handicap : si nous avons été embauchés en contrat d’insertion ( CUI-CAE), c’est avant tout parce que notre employeur voit notre salaire financé à 90%. Mais une fois en emploi, plus question de prendre en compte notre handicap : impossible de voir un médecin du travail, impossible d’obtenir un aménagement de poste. Le demander est même dangereux : c’est s’exposer à un non-renouvellement de contrat, et la hiérarchie nous le fait comprendre à mots couverts , sur le mode « si ce boulot n’est pas fait pour vous, vous n’êtes pas obligée de rester ».

Beaucoup d’entre nous travaillent avec des élèves en situation de handicap : la réalité, c’est qu’on embauche bien en dessous des besoins nécessaires. Pour pallier aux urgence les plus criantes, les AVS sont pressurés . On nous charge de plusieurs enfants , souvent sur plusieurs établissements. On nous impose des emplois du temps avec une seule demi-heure travaillée dans la demi-journée, pour combler un trou. On annualise illégalement le temps de travail des CUI-CAE , qui travaillent 24H payées 20H dans certaines académies. Dans certains établissements, le temps de récréation ou celui entre deux cours est compté tout aussi illégalement comme « non-travaillé ».

Quant à l’insertion....Moins de 6% des AVS sont reconduits en contrat de droit public à l’issue de leur CUI-CAE, et pour les EVS c’est sans doute encore moins. Pour celles et ceux qui sont en contrat de droit public , il faut six ans de contrats reconduits pour espérer un CDI...à temps partiel et sous-payé. Pour la majorité d’entre nous, la réalité c’est le retour au Pôle Emploi avec la cerise sur le gâteau : des difficultés toujours plus grande à percevoir les allocations chômage, à cause de la complexité des procédures mises en place entre l’Education Nationale et le Pôle.

Souffrance au travail, salaire en dessous du seuil de pauvreté, incertitude permanente sur l’avenir, ça suffit !

{{}}

AVS ou EVS, nous ne sommes pas un cas à part : cette rentrée, l’Education Nationale est allée jusqu’à proposer des bons alimentaires aux profs précaires qu’elle n’a pas payé pendant des mois. La précarité et la misère dans l’Education Nationale s’étendent, au fur et à mesure que les nouveaux recrutements se font, avec des contrats de plus en plus courts, de plus en plus dérogatoires au Code du Travail.

S’engager pour une école porteuse d’égalité, c’est refuser la précarité des salariéEs et le manque de moyens.

{{}}

AVS et EVS en grève et en colère, solidaires de tous les précaires !

{{}}

(1) AVS : auxiliaire de vie scolaire en charge de l’accompagnement des élèves en situation de handicap.
(2) EVS:emploi vie scolaire, en charge de l’assistance administrative aux directions d’établissement

AC ! Ile de France
ac.iledefrance@gmail.com
Permanence tous les samedis de 12h à 14h au local de SUD Education
Adresse : 30, bis rue des Boulets , Paris Metro Rue des Boulets ou Nation

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.